Home A la une 21ème vendredi de contestation: les manifestants montent au créneau
A la une - Politique - 12 juillet 2019

21ème vendredi de contestation: les manifestants montent au créneau

Le 21ème vendredi de la protesta’ a été sans doute le plus musclé depuis le 22 février dernier, date du début du mouvement populaire en Algérie en signe de contestation contre le 5ème mandat de Bouteflika. En tous les cas à Alger, la tension était palpable dés l’apparition dans la matinée des premiers rassemblements des citoyens, surpris déjà par un dispositif encore plus impressionnant que ceux des précédentes manifestations. Le centre-ville était quasiment bouclé, de la Grande-poste jusqu’en haut de la rue Didouche Mourad où les forces antiémeutes ont couvert les lieux qui devaient être occupés par les manifestants. S’en suivra ensuite, et durant toute la journée, une véritable chasse à l’homme, du moins pour tous ceux qui étaient en possession d’un sac à dos.
Des personnes âgées ont subi des traitements pas vraiment corrects, à la limite de la violence au grand dam des manifestants qui ont fait part de leur «dégoût» de cette montée au créneau.
Pour ce 21ème vendredi d’affilée, la rue a crié des slogans hostiles au régime encore une fois pour réitérer son attachement à ce principe de base de la contestation populaire. Les Algériens ont appelé par ailleurs au départ des tenants du pouvoir, notamment du Premier ministre Noureddine Bédoui, l’un des B que les manifestants veulent voir disparaître du champ décisionnel.
‘‘Unis nous sommes, unis nous resterons’’, ‘‘Khawa khawa, wihda wataniya makanche jihawiya’’ (Tous des frères, unité nationale, pas de régionalisme), ‘‘Nous sommes amazighs jusqu’au cou’’ ou encore ‘‘Etat civil, non militaire’’ ont été en effet longtemps scandés par les citoyens sous un soleil de plomb, en sus des slogans habituels dont ‘‘Bensalah, Bedoui dégage’’, ‘‘Pas d’élections avec la bande et les imposteurs’’, ‘‘Pour un Etat civil et démocratique’’, ‘‘Djeich chaâb khawa khawa’’ ou encore “Yetnahaw Ga3” (Ils partent tous). D’autres manifestants ont appelé à laisser en prison Djamel Ould Abbes et Abdelghani Hamel inculpés pour dilapidations de deniers publics, corruptions et trafic d’influence.
Réitérant encore une fois le caractère pacifique de leur action, les manifestants assurent ne reculer devant rien, encore moins cette répression qui ne dit pas son nom, et soutiennent qu’ils ne s’arrêteront pas jusqu’à la concrétisation totale des revendications du peuple, à savoir le départ de tous les symboles du régime de Bouteflika, incarnés par le chef d’Etat par intérim, Bensalah, et son Premier ministre, Bedoui. Ils ont exprimé à ce sujet leur détermination de voir s’installer une vraie transition démocratique qui peut être traduite par la désignation d’une instance collégiale dont les membres désignés doivent être crédible, honnêtes, intègres et n’ayant aucun antécédent avec ‘’Îssaba’’ (la bande). Toujours aussi déterminés comme jamais, les Algériens se donnent déjà rendez-vous le 18 juillet prochain pour un 22ème vendredi qui s’annonce grandiose. On se prépare déjà sur les réseaux sociaux à cette énième sortie qui s’apparente pour eux à une seconde indépendance de l’Algérie.

I.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Maroc: 20 ans de prison requis en appel contre un patron de presse

Une peine de prison alourdie à vingt ans a été requise dans la nuit de mardi à mercredi co…