Home Monde Décès de Mohamed Morsi : l’autopsie n’a rien révélé d’anormal
Monde - 18 juin 2019

Décès de Mohamed Morsi : l’autopsie n’a rien révélé d’anormal

À 67 ans, l’ex-président égyptien Mohamed Morsi est mort, ce lundi 17 juin, au Caire après une audition au tribunal. Issu du mouvement des Frères musulmans, il était devenu en 2012 le premier président librement élu de l’histoire du pays.
Selon le parquet, l’ancien chef d’État s’est effondré vingt minutes après avoir pris la parole devant le tribunal. Il est décédé peu après, à l’hôpital où il avait été transporté d’urgence. L’autopsie n’a rien révélé d’anormal.
Issu du mouvement islamiste des Frères musulmans, Mohamed Morsi avait accédé à la magistrature suprême en 2012, un an après la « révolution du Nil » et la chute de son prédécesseur, Hosni Moubarak.
Un an plus tard, il était lui-même destitué par l’armée après de grandes manifestations. Son successeur, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, a mené une répression sans merci contre l’opposition islamiste et en particulier les Frères musulmans, dont des milliers de membres ont été emprisonnés.
Mohamed Morsi purgeait une peine de sept ans de prison pour avoir falsifié des documents en vue de sa candidature à l’élection présidentielle en 2012. En parallèle, il avait été jugé dans plusieurs autres affaires, dont un dossier d’espionnage pour l’Iran, le Qatar et des groupes comme le Hamas à Gaza.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, allié de l’ancien président islamiste, lui a rapidement rendu hommage en le qualifiant de « martyr ». « L’histoire n’oubliera jamais les tyrans qui l’ont conduit vers la mort en le mettant en prison et en le menaçant de l’exécuter », a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé à Istanbul.
Kh.B

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Justice : de lourdes charges contre Amar Ghoul

Abus de fonction, dilapidation de deniers publics et corruption en matière de marchés publ…