Home Economie GNL: l’Algérie possède les potentialités pour exporter vers l’Asie
Economie - 16 juillet 2019

GNL: l’Algérie possède les potentialités pour exporter vers l’Asie

Les potentialités de l’Algérie, qui vient de prolonger ses contrats gaziers avec l’Europe via notamment l’Italie et l’Espagne, lui permettent d’exporter du gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Asie et l’Afrique, a indiqué mardi le spécialiste des questions énergétiques, Mustapha Mekideche.
« Le renouvellement des contrats gaziers de long terme avec les pays européens, notamment avec les deux premiers clients, l’Espagne et l’Italie, est une bonne nouvelle car elle consolide nos parts de marché dans cette région du monde », a déclaré M. Mekideche à l’APS. Selon lui, l’Algérie devrait penser désormais à intégrer le marché asiatique et à renforcer sa présence sur le marché africain des hydrocarbures notamment pour ce qui est du GNL.
Cela nécessite, néanmoins, un élargissement des réserves nationales et une augmentation de la production en gaz naturel conventionnel et non conventionnel afin de sécuriser les engagements du pays vis-à-vis de ses clients étrangers et d’assurer la sécurité énergétique nationale.
M. Mekideche a recommandé également une levée des « contraintes » pesant encore sur le secteur de l’énergie à travers une nécessaire « stabilisation » du management et une révision de la loi sur les hydrocarbures, notamment. Interrogé sur le retard accusé par l’Algérie dans la réalisation de sa transition énergétique, il a tenu à souligner que les fondamentaux de cette transition avaient « tous de gros retards dans leur mise en œuvre ».
Il s’agit de la rationalisation du modèle de consommation énergétique par une politique tarifaire appropriée, qui permet d’éviter le gaspillage et la fuite aux frontières du fait de prix relatifs asymétriques avec les pays voisins, ainsi que l’efficacité énergétique à la fois dans l’industrie, les transports et l’habitat.
Il a également évoqué, dans ce même sens, l’impératif développement des énergies renouvelables notamment l’électro-solaire pour l’essentiel. Concernant la rationalisation du modèle de consommation énergétique, M. Mikideche a déploré le fait qu' »à ce jour, aucun gouvernement (algérien) n’a pris le risque de questionner sérieusement la structure obsolète des prix de l’énergie que ce soit l’électricité ou les carburants », ajoutant que « les seuls ajustements opérés à ce jour ne sont que marginaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Ministère de la culture : Meriem Merdaci démissionne

C’est officiel, la ministre de la Culture, Meriem Merdaci vient de présenter, ce samedi 24…