Home A la une La loi sur les hydrocarbures : Les Algériens mettent leur véto !
A la une - Politique - 13 octobre 2019

La loi sur les hydrocarbures : Les Algériens mettent leur véto !

Ce dimanche, Alger a pris des airs d’un mardi, voire vendredi ! Et pour cause, des milliers de citoyens ont investi les rues de la capitale et se sont donnés rendez-vous vers 10H devant le siège de l’Assemblée nationale pour marquer leur indignation de l’adoption, prévue durant la journée, par le Conseil des ministres du projet de loi sur les hydrocarbures.
Malgré un dispositif de sécurité ultra-renforcé, les manifestants de tous bords (jeunes et moins jeunes, hommes et femmes) ont répondu en effet à des appels lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux pour dénoncer le « coup de force » d’un gouvernement « illégitime» et exprimé pacifiquement, comme il est de coutume désormais, leur refus de ces nouvelles dispositions de la loi sur les hydrocarbures. D’ailleurs, nombreux parmi les manifestants ont cru que ce texte était en cette matinée caniculaire en débat à l’APN alors qu’en réalité, il était en voie d’être approuvé au niveau du palais d’El Mouradia.
A cette occasion, les citoyens ont scandé des slogans significatifs des conséquences jugées «désastreuses» sur notre économie si jamais ce projet de loi sur les hydrocarbures ne sera pas annulé.  Ainsi donc, les ‘’Trahison à la Nation’’, ‘’L’Algérie n’est pas à vendre’’, ‘’L’Algérie n’est pas une braderie’’,’’Halte au pillage des richesses du pays’’, ‘’Protégez l’économie du pays et l’avenir de nos enfants’’ ou encore le célèbre refrain entonné au début du Hirak du 22 février, en l’occurrence ‘’Klitou Blad Ya Serrakine’’  (Vous avez pillez les richesses du pays) ont longtemps résonné au niveau de la rue Asselah Hocine et Abane Ramdane dans la mesure où le cordon de sécurité a empêché les manifestants d’atteindre le siège du Parlement. «S’il le faut, nous allons revenir chaque jour jusqu’à ce gouvernement illégitimes décide de surseoir à cette décision de faire passer une loi concoctée par les multinationales de l’aveu même du ministre de l’Energie. C’est une concession faite aux étrangers pour acheter leur soutien et demeurer au pouvoir mais le peuple n’est pas dupe» déplore un étudiant, drapé de l’emblème national, imité par un quinquagénaire qui ne comprend pas l’attitude du pouvoir en place, allant jusqu’à soutenir que le gouvernement actuel agit sur injonction émanant de l’étranger. «Pourquoi insiste-t-on à approuver des telles lois ? Est-ce une urgence alors qu’il y a d’autres affaires à régler ? Je crois qu’il y a anguille sous roche. Cette histoire n’est pas claire, il y a du louche sinon comment expliquer cet entêtement du pouvoir à valider une si importante loi qui engage l’avenir de toute une génération », s’insurge-t-il.
Les manifestants ont appelé à la préservation des richesses du pays et de ne pas mettre l’économie «entre les mains» des multinationales aux appétits féroces et dont le seul souci est «d’amasser les gains». «Il ne faut plus se taire, c’est trop», s’emporte de son coté une dame, visiblement éreintée mais déterminée à ne pas lâcher prise, tout comme d’ailleurs ces milliers de citoyens qui se sont dispersés dans l’après-midi, dans le calme et la bonne ambiance.
Liès Bourouis

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Khalida Toumi placée en détention provisoire

Khalida Toumi, ancienne ministre de la Culture pendant près de 10 ans sous Bouteflika, a é…