Home A la une Les étudiants réitèrent leur refus de la présidentielle en présence des symboles de l’ancien système
A la une - Politique - depuis 2 semaines

Les étudiants réitèrent leur refus de la présidentielle en présence des symboles de l’ancien système

Des étudiants ont marché pacifiquement mardi à travers plusieurs wilayas du pays pour réitérer leur rejet de la prochaine présidentielle en présence des symboles de l’ancien système, ont constaté des correspondants de l’APS.
Dans l’Ouest du pays, les marcheurs ont scandé les mêmes slogans du Hirak, mouvement populaire enclenché le 22 février dernier, notamment leur refus de prendre part à des élections encadrées par des figures de proue de l’ancien système. Tant à Oran qu’à Mostaganem, seules wilayas de l’Ouest du pays ayant observé des marches, les étudiants, rejoints par d’autres citoyens, ont encore une fois exprimé leur refus de ces élections et réclamé aussi la poursuite de la lutte contre la corruption. A Oran, les manifestants ont marché de la place du 1er novembre jusqu’au siège de la wilaya, après avoir sillonné les artères principales du centre-ville, scandant des slogans dont « une justice indépendante » et « une presse libre ».
Durant la marche, les manifestants ont fait une halte devant le siège de la délégation de wilaya de l’Autorité nationale indépendante des élections à la rue Larbi Ben M’hidi et ont exprimé leur refus des élections en présence des symboles de l’ancien système. A Mostaganem, des étudiants et des enseignants universitaires se sont regroupés autour de la stèle commémorative du déclenchement de la guerre de libération nationale, 1er novembre 1954, scandant des slogans et arborant des banderoles, ainsi que le drapeau national.
Les manifestants ont réclamé notamment un « changement radical » ainsi que l’application de l’article 7 de la Constitution, stipulant que le peuple est source de tout pouvoir. Ils étaient par ailleurs des dizaines d’étudiants d’universités de certaines wilayas de l’Est du pays à marcher pacifiquement pour revendiquer la préservation de l’unité nationale et l’instauration d’un Etat de droit.
Dans la wilaya de Constantine, environ 50 étudiants ont marché le long des avenues Abane Ramdhane et Mohamed Belouizdad du centre-ville avant de se rassembler devant le siège de l’UGTA scandant des slogans opposés à la tenue des élections avec ceux qu’ils ont qualifié de symboles de l’ancien système.
Des manifestants se sont regroupés à Sétif devant le siège de la wilaya à l’avenue de l’ALN au centre-ville arborant des photos de Chouhada de la révolution et réclamant « le changement » et leur attachement au caractère « pacifiques des marches », à « l’unité nationale » et à « l’indépendance de la justice ». A Annaba, les manifestants, environ une soixantaine, se sont rassemblés à la Cours de la révolution lançant des slogans opposés à l’organisation des élections présidentielles dans la conjoncture actuelle.
Dans le Centre du pays, les étudiants n’ont pas dérogé à leur marche hebdomadaire. A Bejaia et Tizi-Ouzou, ils ont battu le pavé pour exiger surtout un  »changement radical du système politique » et la libération des  »détenus du Hirak ». Durant ces marches, entamées à partir des campus universitaires Targa-Ouzemmour (Bejaia) et Mouloud Mammeri (Tizi-Ouzou), les manifestants ont également exprimé leur  »rejet » de la présidentielle du 12 décembre, exigeant  »une période de transition avant d’aller aux élections », et réclamé le  »respect de la souveraineté populaire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Maroc: 20 ans de prison requis en appel contre un patron de presse

Une peine de prison alourdie à vingt ans a été requise dans la nuit de mardi à mercredi co…