Home Economie Les experts jugent l’endettement extérieur « insuffisant»
Economie - 16 octobre 2019

Les experts jugent l’endettement extérieur « insuffisant»

L’endettement extérieur est « une solution partielle et limitée dans le temps » qui doit répondre à certaines  conditions pour réduire les déficits budgétaires et atténuer les   déséquilibres de la balance des paiements, a estimé ce mercredi 16 octobre à Alger l’économiste, Rachid Sekkak.  L’économiste et ancien directeur de la division de la dette extérieure au niveau de la Banque d’Algérie a fait savoir lors de son intervention sur les ondes de la Radio nationale, que l’éventuel recours de l’Algérie à l’endettement extérieur est « une solution partielle mais qui reste insuffisante » pour couvrir les déficits budgétaires et atténuer les   déséquilibres de la balance des paiements.   Pour lui, la solution de l’endettement extérieur « ne représente qu’un   moyen temporaire et très partiel » pour revenir aux équilibres budgétaires.  Rappelant que le déficit budgétaire du pays a débuté en 2013-2014 atteignant jusqu’à 15% du PIB du fait de l’effondrement de la fiscalité pétrolière, combiné au maintien très élevé de dépenses publiques, l’intervenant a affirmé que les finances publiques du pays « sont   insoutenables telles qu’elles sont aujourd’hui » .  Pour faire face à ces déséquilibres, l’expert a plaidé pour la mise en   place d’un programme qui trace la trajectoire budgétaire du pays pour   accroitre ses revenus et à réduire ses dépenses.  « Nous devons très clairement définir une trajectoire budgétaire, concernant la balance des paiements et mettre en place des réformes   structurelles qui nous permettent d’atteindre ces objectifs », a-t-il estimé.  De plus, cette dette éventuelle doit pouvoir créer de nouvelles sources d’exportation, d’emploi et de réduction des importations.  Selon l’économiste, un cadre institutionnel est nécessaire notamment à travers des compétences et des institutions spécialisées dans les marchés   monétaires internationaux pour que l’Algérie puisse se tourner « dans les meilleures conditions » vers l’endettement extérieur.  « Il est nécessaire de convaincre les marchés internationaux sur la trajectoire budgétaire du pays et sur son programme de réformes   structurelles pour pouvoir contracter de la dette extérieure dans les meilleures conditions pour le pays », a-t-il expliqué.  Revenu sur la situation politique du pays, M. Sekkak s’est dit  « profondément convaincu » que si l’Algérie retrouve rapidement sa stabilité  sur le plan politique, il est possible de mettre en œuvre des réformes pouvant améliorer les finances du pays.  « Si nous arrivons à régler l’équation politique dans les meilleurs délais, il est tout à fait possible de mettre en place un programme  de redressement économique sur des périodes de 5 à 7 ans qui nous remettra sur   les rails », a-t-il affirmé.
I.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Khalida Toumi placée en détention provisoire

Khalida Toumi, ancienne ministre de la Culture pendant près de 10 ans sous Bouteflika, a é…