Home Culture Tombée du rideau sur « Lumière sur la nouvelle scène de la Chanson Châabi »
Culture - 20 mai 2019

Tombée du rideau sur « Lumière sur la nouvelle scène de la Chanson Châabi »

« Lumière sur la nouvelle scène de la Chanson Châabi », évènement organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), dédié aux chanteurs confirmés du genre en phase d’asseoir leur notoriété, a pris fin dimanche soir à Alger, avec une prestation du grand Abdelkader Chaou, présent en invité, devant un public ravi, mais peu nombreux.
Loin d’une programmation à guichets fermés, l’évènement initié par l’Aarc, soumis au paiement de la somme de 500.00 DA par personne, n’aura pas eu l’impact attendu par les organisateurs, en raison, selon des observateurs, de la « concurrence de fait », créée par la programmation d’une « animation simultanée », dans le « même registre musical », offerte à « titre gracieux celle-là », sur la Place publique, Mohamed-Touri (face au Tna).
Le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), aura ouvert son espace du 17 au 19 mai, à une dizaine de professionnels du chaâbi, venus de différentes villes d’Algérie et dont le « talent mérite d’être mis en valeur », selon le directeur de l’Aarc, Abdelkader Bendamache. La voix limpide du grand cheikh, Abdelkader Chaou, intervenant pour clore en beauté les trois soirées de cette nouvelle scène, a ravi l’assistance, interprétant dans les modes Moual, Mezmoum, Ghrib et Sika, « Houm fil’khilaâ » (inqilab), « M’Rahba beslamek », « Ya khayrou el amani » et la célèbre pièce, « El Kesba wana wlid’ha », issue de son dernier album, qui, selon l’Artiste, appelle le prochain, dont « la sortie est imminente ».
« Il s’agit de chanteurs aux talents confirmés, plus connus à l’échelle locale qu’au niveau national, d’où l’intérêt d’une telle initiative qui leur permettra sûrement, d’être visibles davantage et d’enrichir leurs parcours artistiques respectifs », a estimé Abdelkader Chaou. Sous la baguette et le regard bienveillant du maestro Djamel Taâlbi, l’Orchestre de la nouvelle scène chaâbi de l’Aarc et ses douze instrumentistes, dont l’unique femme, Saliha Ould Moussa à l’Oud (luth), a soutenu, avec beaucoup de professionnalisme et de métier, les artistes, qui se sont généreusement investis pour livrer des prestations pleines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières infos

Ministère de la culture : Meriem Merdaci démissionne

C’est officiel, la ministre de la Culture, Meriem Merdaci vient de présenter, ce samedi 24…